Fin de l'appauvrissement et de la pauvreté
C'est en visant tous le même but que nous l'atteindrons ...
Absolument - Comment - Devenir un pays - Les avantages - Financement du pays - Les services - Crédit compensatoire - Comment réaliser
Il faut rendre accessible à chaque citoyen québécois les moyens nécessaires pour mener une vie pleinement satisfaisante en répondant à divers besoins tels que : nourriture, vêtement, habitat, droit de choisir librement son état de vie et de fonder une famille, droit à l’éducation, au travail, à la réputation, au respect, à la dignité, à une information juste, droit d’agir selon la droite règle de sa conscience, droit à la sauvegarde de sa vie privée et à la liberté.

La promesse de richesse individuelle reliée à l'avènement industriel n'a jamais été remplie, parce que le système n'a jamais prévu un partage équitable de cette dite richesse. En conséquence, la classe des plus démunis s'est élargie, la classe moyenne, pressée comme un citron, est en train de sombrer vers l'appauvrissement et la classe riche est sollicitée de toute part.

Le Dividende de partage de la prospérité du pays

Mon pays le Québec s'est penché sur cette problématique et a trouvé une solution afin de mettre un terme à la pauvreté et à l'appauvrissement. Nous ne ferons pas comme Robin des Bois, voler les riches pour donner aux pauvres. Nous allons plutôt restaurer ce que le passé ne nous a pas donné, en créant le Dividende de partage de la prospérité du pays.

Il ne s’agira ni d’une allocation, ni d’un revenu minimum, mais plutôt d'une redevance allouée aux citoyens en regard de la richesse produite par la société. Ce montant sera intimement relié au produit intérieur brut (PIB). Ce sera un partage entre tous les citoyens d'une part de la richesse, héritage produit par le savoir-faire des générations passées.    

En effet, chaque citoyen par son implication, par ses connaissances intellectuelles, par son savoir-faire et, s'il en a la chance, par son travail a investi dans l'accroissement de la richesse du Québec et au produit intérieur brut qui est propulsé par l'économie qui est le véhicule. Pour l'imager sommairement, l'économie est la machine; les citoyens en s'activant et en consommant sont le moteur qui fait tourner cette machine. Le tout produit le PIB qui représente la richesse sous forme de biens, de connaissances, de nouvelles inventions, de brevets, de savoir-faire, d'infrastructures, de réseaux d’information, etc.

Cette richesse produite par tous, est l'héritage auquel tous les citoyens québécois ont droit. Le partage de cet héritage se fera sous forme de dividende.

Nous privilégions cette forme de redevance, directe aux citoyens, plutôt que l'investissement pratiqué par les gouvernements antérieurs. La consommation de milliers de personnes entraîne des effets plus profitables, directs et immédiats pour l'économie que les conséquences incertaines obtenues par une politique de relance de l’activité avec la distribution de subventions aux entreprises. Dans leur tentative de contrôler l'économie en accroissant leurs dépenses et leur déficit budgétaire, les gouvernements nuisent plus à l'essor économique qu'ils ne l'aident.

Le Dividende de partage de la prospérité du pays est certes un droit non reconnu, hérité du passé.  En le concrétisant, sous forme de redevance aux citoyens, il deviendra aussi un devoir : celui de continuer à faire fructifier cette richesse pour la transmettre aux générations futures. C'est la responsabilité de chacun de développer sa créativité sous toutes ses formes, la mettre au service de la société et laisser sa trace en prenant part à la croissance de cet héritage.

Sa mise en place est en fait une correction d’une inégalité évidente entre le salariat et le patronat, lequel récolte déjà une part d’héritage économique.

Un dividende semblable est expérimenté ou à l’étude dans l'état et les pays suivants : en Alaska, en Irlande, au Brésil, en Afrique du Sud, aux États-unis; il est aussi envisagé pour la reconstruction de l’Irak.

Modalités d’établissement du dividende

Le Dividende de partage de la prospérité sera calculé à partir de la croissance de la richesse nationale; celle-ci étant mesurée à partir du produit intérieur brut (PIB). La dynamique économique du dividende sera intégrée à la politique de relance de l'économie par sa redistribution directe aux personnes. Plus l'économie sera en croissance, meilleurs seront les montants alloués aux dividendes.

Ce dividende sera versé à tous les mois au compte de chaque citoyen québécois selon l’état de ses finances. Ainsi, toute la population du Québec accèdera à un niveau de vie plus qu'acceptable.

Impact social de cette innovation

"Nous perdons notre vie à vouloir la gagner". Depuis des décennies on veut nous faire croire que le plein emploi est la chose la plus importante. Nous pensons autrement.

Il existe des activités, autres que l'emploi rémunéré, qui sont toutes aussi importantes, sinon plus, pour le bien-être de l'humain et méritent d'être considérées. N'est-ce pas la passion qui nous pousse à nous dépasser ? Plus que l'aspect financier du travail ? Plusieurs grandes découvertes ont été faites dans le cadre d'une passion et non d'un travail rémunéré. Alors, Dieu seul sait où la société serait rendue aujourd'hui si tous les créateurs dans l'âme avaient eu la chance de se réaliser.

C'est pourquoi, nous mettrons en place le Dividende de partage de la prospérité qui apportera plusieurs avantages pour l'avenir du Québec et ses citoyens :

•       Une plus grande liberté d’utilisation de leur temps;
•       L’encouragement au bénévolat, à la créativité et à l’initiative sociale;
•       L’égalité des chances, notamment en début de vie active;
•       L’encouragement à la création d’entreprises et l’initiative économique;
•       La flexibilité de l’emploi, autant pour l’employé que pour l’entreprise;
•       La suppression de la grande pauvreté, pour les personnes avec peu de ressources;
•       La suppression de l'appauvrissement de la classe moyenne;
•       La reconnaissance de la réussite.
Comment réaliser ces objectifs ?
Conçu par Claude Dupré,  révisé le 9 avril 2013