La santé
C'est en visant tous le même but que nous l'atteindrons ...
Notre but premier en matière de santé est de faire en sorte que le peuple québécois recouvre une santé florissante et la conserve.

Diverses actions seront entreprises pour aider le citoyen à prendre sa santé en mains, lui fournir toutes les réponses dont il a besoin et rendre disponibles les services qui le soutiendront dans sa démarche.

Tout un défi

Nous sommes parfaitement conscients que les dispositions que nous proposons sont politiquement difficiles à mettre en oeuvre et qu'elles risquent de se heurter au lobby de groupes d'intérêt puissants. Toutefois, nous croyons qu'il est indispensable et urgent d'agir pour garantir un accès à tous, à un système de santé de qualité, performant et fiable. L'histoire de notre système de santé est une saga de mesures à la pièce et de réformes à demi-implantées. Nous ne pouvons continuer ainsi. Seul un renforcement du système public de santé et une transformation profonde, intégrale et cohérente de l'organisation des soins permettront de mieux répondre à nos besoins en matière de santé. Pour aujourd'hui et demain.

Modification de la gestion du système de santé

Médecins de famille et spécialistes

Nous reconnaissons qu'il est impératif que tous les citoyens du Québec aient accès à un médecin de famille. C'est pourquoi, les facultés de médecine, le Collège des médecins et le ministère de la Santé et des Services sociaux interviendront pour modifier le ratio omnipraticiens/spécialistes de manière à ce que la majorité des médecins choisissent la médecine de famille et que le nombre de postes par spécialité soit établi en fonction des besoins de santé anticipés.

Les critères d'acceptation des médecins arrivant de l'étranger seront réévalués afin de permettre à ces professionnels d'intégrer plus rapidement notre système de santé. Ces mesures pourront régler la pénurie d'omnipraticiens à court terme.

Des soins pertinents

De nombreux services médicaux et chirurgicaux sont offerts à des patients pour lesquels ces interventions ne sont pas indiquées ou encore sont utilisées malgré l'absence de preuves scientifiques convaincantes de leur efficacité. Ces services non pertinents constituent un volume et des coûts très importants. Pour améliorer la santé et la qualité de vie de la population et pour limiter les dépenses inutiles, voici les actions prévues :

Le Collège des médecins, le Ministère et l'INESSS feront de la pertinence des soins un dossier prioritaire et interviendront de manière coordonnée et perspicace pour limiter autant que possible la dispensation de soins non pertinents reliés à la médecine orthodoxe.

Médecines alternatives


Nous concevons parfaitement que la médecine conventionnelle ne possède pas toutes les réponses à tous les problèmes et se faisant, laisse de trop nombreux patients insatisfaits.

Nous comptons prendre une approche proactive en intégrant dans les rangs de notre système actuel de santé des professionnels provenant des médecines alternatives. Ils viendront compléter l'armada des généralistes et spécialistes dans le but ultime de régler les problèmes de santé de la population.

Toute spécialisation qui désire intégrer le système de santé sera invitée à le faire au moment opportun et pourra faire l'objet d'une accréditation. 

Les médicaments et produits naturels

La formation au niveau de la nutrition et de l'emploi des produits naturels et oligo-éléments sera désormais obligatoire pour tous les professionnels de la santé. Ils devront apprendre les tenants et les aboutissants des produits dont le corps humain requiert pour maintenir une santé optimale.

La prescription de médicaments concentrés ne sera administrée aux patients qu'en cas de danger de mort et seulement à court terme. À moyen et à long terme, des approches plus naturelles devront être retenues dans le but de reconstruire le système immunitaire des patients et mettre toutes les chances de leur coté en plus de stimuler le processus naturel d'autoguérison. Ce ne sont pas les médicaments qui guérissent les maladies; au contraire, c'est le corps qui s'autoguérit si on lui fournit un milieu propice à son processus naturel de guérison. En conséquence, les approches naturelles devront être utilisées avant l'usage de drogues dures, les médicaments en faisant partie.

Toutes les prescriptions ordonnées par les médecins devront être prescrites dans une forme générique, si elle existe. Si le patient désire recevoir un médicament d'origine, il devra payer la différence de sa poche.


Amélioration du système de santé


Des soins de première ligne de proximité
L'ensemble des connaissances scientifiques disponibles confirme qu'une première ligne forte a des effets positifs sur la santé des personnes, sur la qualité et sur les coûts du système de santé. Une première ligne forte offre à la totalité de la population des soins de premier contact accessibles en tout temps, des soins globaux à toutes les périodes de la vie, pour la majorité des problèmes de santé, tout en offrant une fonction de coordination pour les services diagnostiques et spécialisés nécessaires. En conséquence, la solution aux problèmes actuels sera appliquée de la façon suivante :
Soins de proximité
Nous allons mettre en place et soutenir avec beaucoup d'énergie et de cohérence, le déploiement d'organisations responsables de fournir l'ensemble des soins de proximité à la population de son territoire 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.
Soins de première ligne
Avec la participation des ordres professionnels et les fédérations médicales, nous allons travailler collectivement pour que la prise en charge des patients en première ligne soit globale et multidisciplinaire avec un rôle et une étendue de pratique accrus pour les pharmaciens, les infirmières, les sages-femmes et les autres professionnels. Nous espérons ainsi diminuer considérablement les engorgements dans les urgences des hopitaux.
Médecine familiale
Les médecins omnipraticiens actuellement en service, réorienteront leur mode de pratique vers une médecine familiale humanitaire et chaleureuse, au sein de ces organisations.
Soins de santé de deuxième et troisième lignes
Ces organisations de première ligne citées plus haut joueront un rôle central et déterminant dans l'accès aux services diagnostiques, aux soins spécialisés et dans la coordination des soins pour les patients dont elles ont la responsabilité.

Les organisations et professionnels de santé de deuxième et troisième lignes tels les centres hospitaliers et les médecins spécialistes devront orienter prioritairement leurs rôles, fonctions et services de façon à appuyer ces organisations de première ligne.

Coordination et prévention
Les organisations locales de santé, d'éducation, de services aux aînés, de services municipaux, etc. travailleront de façon coordonnée et feront de la prévention des problèmes de santé une de leurs priorités. Mon pays le Québec prendra d'ailleurs tous les moyens à sa disposition pour favoriser la santé publique. Que ce soit en apportant des changements dans le système agro-alimentaire, environnemental ou autre.
Retour à Notre vision
L'économie - L'éducation - L'environnement - Les infrastructures - Les ressources naturelles - Langue et culture - Le bien-être des Québécois
Rentabiliser le système de santé
Le prix unitaire des services et la rémunération des professionnels sont nettement plus élevés au Québec que dans la plupart des pays industrialisés. Compte tenu de l'allègement fiscal consenti par l'abolition des impôts et certaines cotisations, les prix unitaires des services et la rémunération professionnelle seront réévalués en fonction d'établir la parité avec les coûts en application dans d'autres pays et surtout obtenir un meilleur rapport qualité/prix.

Nos dépenses sont élevées et nous avons proportionnellement relativement peu de médecins, peu d'infirmières et peu de lits. Une évaluation complète des effectifs par rapport aux besoins devra être faite afin d'offrir à toute la population du Québec des soins accessibles et de première qualité avec les ressources humaines et matérielles adéquates. Nous réviserons la façon dont est structurée l'offre de soins et nous apporterons les changements appropriés afin, entre autres, de diminuer le temps d'attente dans les urgences et de diminuer les listes d'attente pour des soins spécialisés. La restructuration incluera d'autres actions telles que déplacer les soins spécialisés à proximité des points de demande, moderniser les équipements médicaux avec système de communication, équiper tous les endroits stratégiques des hopitaux avec des ordinateurs pouvant donner accès au dossier médical du patient lorsque c'est requis, etc.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux et les agences gouvernementales s'assureront que les modes de financement des établissements et de rémunération des professionnels soient cohérents avec les pratiques souhaitées. Ceci impliquera aussi que les liens financeurs-financés, employeurs-employés soient modifiés afin de donner aux diverses organisations du système de soins des leviers pour l'organisation des services dont ils sont responsables.


Système d'information clinique et administratif unifié
Le ministère de la Santé et des Services sociaux, les agences gouvernementales et les établissements implanteront un système d'information clinique et administratif unifié pour à la fois soutenir les professionnels dans leur travail et produire une information fiable sur le fonctionnement des organisations et du système.
Dossier médical informatisé accessible sur Internet
Ce système sera accessible via Internet par le patient lui donnant ainsi accès à tous les services qu'il a reçus ainsi que tous ses résultats. Il pourra donner accès aux professionnels qu'il aura choisi de consulter lui fournissant toutes les informations qui concernent ses problèmes de santé, ses antécédents médicaux et les traitements, médicaments et suppléments alimentaires prescrits. Le système permettra d'accélérer la communication d'information entre le patient et le professionnel de la santé consulté l'aidant ainsi à établir de meilleurs pronostics et diagnostics.

Médecin virtuel
Le dossier médical informatisé sera équipé d'un logiciel expert pouvant informer le patient sur les causes possibles de ses problèmes. Le système posera des questions et selon les réponses fournies des questions supplémentaires seront adressées au patient jusqu'à ce que le système puisse cerner les causes probables. Il offrira par la suite des solutions naturelles, si elles existent, pour régler le problème cerné. Sinon, le système proposera de prendre un rendez-vous avec le médecin traitant afin qu'il puisse proposer des tests pouvant compléter l'analyse du problème et prodiguer les soins appropriés.

Structurer la distribution des soins
Conçu par Claude Dupré,  révisé le 9 avril 2013
 
 
Éliminer certaines causes qui affectent la santé
Obliger l'étiquetage de tous les produits transgéniques
Actuellement les consommateurs ne savent pas si les produits tels les fruits et les légumes qu'ils achètent sont naturels ou transgéniques. Il est impératif que cette lacune soit redressée. Nous allons donc exiger l'étiquetage des produits transgéniques et leurs sources.
Vérifier les propriétés alimentaires des produits transgéniques
Une étude sera entreprise afin de vérifier si les fruits et les légumes issus de semences transgéniques contiennent tous les éléments nutritifs de leur contre-partie naturelle. Cette étude comportera aussi un volet qui vérifiera la présence de produits néfastes pour la santé en comparaison de leur contre-partie naturelle dans les mêmes conditions de fertilisation et d'environnement. Dans le cas où certains aliments comporteraient des produits inaptes à la santé, des changements dans la méthode de production seront exigés pour en améliorer la qualité, faute de quoi ils seront retirés du marché.
Favoriser la production de fruits et légumes biologiques à l'année longue
Mon pays le Québec compte investir dans un vaste projet pour supporter le système agro-alimentaire québécois. Ce projet permettra la production de fruits et légumes biologiques et non transgéniques en quantité suffisante pour combler tous les besoins du Québec à l’année longue.

Ce projet implique la construction de biosphères (serre en forme de dôme sphérique) qui pourraient s’étendre sur une distance d'un à deux kilomètres de diamètre selon la technologie retenue (ex : dôme de Leipzig). Chacune de ces structures à température contrôlée permettra la production d'une grande variété de fruits et de légumes en utilisant les technologies de pointe. Ainsi tous les Québécois pourront avoir accès à une multitude de choix de fruits et de légumes biologiquement sains pour la santé et à faible prix.

Ces structures seront construites en partenariat État/privé dans toutes les régions du Québec. Le transport de ces victuailles sera assuré par le biais du monorail national. Ceci sera une assurance que les consommateurs pourront s'alimenter de produits sains du Québec.